Avril-mai 2019


 

24 avril au 11 mai 2019

Vernissage: le samedi 27 avril, 14h-17h

Galerie 1

Josée Charbonneau

Odyssée

Impressions Photographiques

L’artiste, Josée Charbonneau, a récemment mené une expérimentation photographique aboutissant à une exploration signataire du potentiel du colorisme abstrait, de la beauté esthétique et de la complémentarité des compétences tant organiques qu’urbaines.

L’emploi traditionnel des techniques de gravure a conféré à l’artiste un emploi viscéral de processus matériels et une dextérité visuelle qui confère à ses créations une minuscule performance, tandis que sa propre impulsion créatrice adhère à des évocations innées qui se transposent dans les objets de sa recherche fondamentale en création.

Avec «Odyssée», nous assistons à une exposition aussi bien un retour qu’un départ, un séjour esthétique qui marque l’accent mis sur la question de la beauté dans l’ennui banal de la vie, le conceptualisme prédominant et les prétextes théoriques des pratiques visuelles contemporaines.

En fait, elle a ouvert une enquête sur le discours réflexif vernaculaire et non pensant de l’individu au sein d’une «Société du spectacle: debordienne», un conte allégorique à images inversées comportant des chapitres distincts incarnés par une imagerie singulière, unique et visuellement distincte.

L’imagerie orginale, rappelant l’abstraction lyrique d’André Kertesz au cours du siècle dernier, sont sans mélange et sans altération, une dernière transfiguration du leitmotiv étant rendue possible, l’objectif d’une expérience picturale demeurant dans sa conscience artistique. Le colorisme et la composition vibrants émanent d’une abstraction viscérale. Les processus à plusieurs niveaux d’Odyssée indiquent que l’essentiel de la tension dynamique inhérente à l’aventure visuelle fait écho au cadre individuel et au contexte de chaque phase successive.

Peindre avec une lentille apparaît un recours paradoxal pour un expert en composition graphique et en la précision infinie requise par le domaine de l’art de la gravure. sont bien délimitées dans les représentations grand format présentées, fruit d’un travail au cours duquel l’artiste a traversé une rivière en palpant les pierres sur le lit de la rivière.

Josée Charbonneau termine ses études en Graphisme au Cégep du Vieux-Montréal en 1976. En 2007, elle devient membre à part entière du collectif d’ateliers de gravure Atelier Circulaire. Son aspiration principale réside dans la transposition de la représentation figurative vers les images empreint du colorisme et compositions non-symboliques.Expositions personnelles (Montréal): Galerie Luz, 2018, 2015. Expositions collectives: Maison Albert Bruneau, Québec 2018, – (Montreal) Galerie Circulaire, 2018- 2008, Maisons de la Culture Saint-Antoine sur Richelieu 2017 et Parc-Extension Galerie Luz Montréal 2017, 2016, 2014, Galerie du Viaduc 2016, Collège du Vieux-Montréal 2008. Ses œuvres ont été acquises par des collectionneurs privés et publics, compris par la Banque Nationale du Canada, Bibliothèque Gabrielle Roy de Québec et les Archives Nationales du Québec. 

Galerie 2

Liliane Keeler

Paysage 

L’exposition PAYSAGES évoque des lieux qui marquent la réalité ou le rêve dans lesquels le souvenir et l’espoir se superposent. En revisitant l’histoire de l’art et plus spécifiquement la période romantique du début du XIXe siècle, symbolique d’une peinture du sublime, l’artiste nous invite à réfléchir sur le passage du temps. Le passé n’existant plus devient mémoire, le présent est concret tandis que le futur est imprévisible. Ces cycles, propres à chaque personne, forgent-ils nos pensées, nos croyances, nos forces et nos faiblesses?

L’artiste construis, déconstruis et recompose le paysage en cherchant à susciter dans l’ombre d’un souvenir, une aura mystérieuse tout en créant des oeuvres qui interrogent la dimension du passage du temps et les souvenirs qui font appel à la mémoire. Sous le thème des saisons, les peintures quasi monochromes peintes sur toile à l’acrylique, dévoilent discrètement un paysage pittoresque. D’autre part, la série des peintures en grisaille, peintes à l’encre et à l’acrylique sur papier, évoquent le mysticisme du paysage, des moments plus sombres vécus par l’expérience de la guerre.

En complément à son travail de peinture, Liliane Keeler développe une démarche qui fusionne l’art de la mosaïque et l’art textile.

Née à Ottawa (Ontario), Liliane Keeler est diplômée de l’Université du Québec à Montréal où elle a obtenue un baccalauréat en Histoire de l’art, avec mineure en Arts plastiques. Elle est diplômée en design de mode de l’Académie de dessin de mode Robinson à Ottawa et a reçu une formation en mosaïque, à Montréal et en France. Son travail plus récent a été présenté à l’Université du Québec à Rimouski dans le cadre de l’exposition solo Lacrimosa, ainsi qu’à la Bibliothèque publique d’Ottawa en 2017. L’artiste a également participé à plusieurs expositions collectives au Québec, notamment: L’héritage culturel (Galerie du centre d’art de Boucherville, 2017) Ozias Leduc (Musée des beaux-arts de Saint-Hilaire, 2015) et en Ontario The Blue Show (Cube Gallery, 2016).

Liliane Keeler a siégé à des comités de sélection et a été vice-présidente du Comité consultatif des arts de Boucherville. Ses oeuvres font partie de collections publiques au Canada ainsi que des collections privées au Canada et en France.