November- December 2015 Novembre – décembre 2015


 

 November 25- December 19, 2015
Opening: Saturday November 28, from 2 to 5 p.m
(Clic on images to enlarge)
Gallery 1

Benoît Robert

 

Folds of matter

Through generative art, the exhibition « Folds of Matter » of Benoît Robert proposes a reflection on the modulation of forms in space and time.

His computer simulations, developed with the nodal programming language ICE (Autodesk Softimage), result in original still images, videos and interactive installations. Through a generative process of creation, a 3D network of forces binds particles together. These vectors modulate the shape and color of the set in a perpetual quest for balance, forever unattained.

The artist’s research is fueled, among others, by the concept of the spatiotemporal « fold » (Deleuze, 1988) and by « mold – modulation » (Simondon, 1964). Similarly, the Gestalt theory (Ehrenfels, 1890) and deep machine learning algorithms (LeCun, 1989) enrich the artist’s explorations.

Through a machine-artist co-creation relationship in generative art, the research-creation of Benoît Robert is resonating with a spatio-temporal articulation that modulates, from the inside, the forming of his artistic approach.

The « Folds of Matter » exhibition proposes an interaction with a generative system to co-construct a particle organization. A web camera suspended from the ceiling captures color and position of the participants. These images are then converted into force vectors by the computer. With each color being associated with a direction, the camera becomes, for participants, a way to interact with the computer, contributing to the forming in perpetual movement.

 

Born and working in Montreal, Benoît Robert develops software tools for the realization of special effects in the film and video games industry at Digital Dimension. He also teaches the 3D simulation of special effects at NAD-UQAC and Tianjin University of Technology. For the past fifteen years, he participated in several solo and group exhibitions and is represented by Luz Gallery. He has received numerous awards and grants for his research work, such as the SSHRC and the Fondation de soutien aux arts de Laval. The current exhibition concludes a master’s degree in Visual and Media Arts at UQAM. Benoît Robert also holds a diploma in computer graphics of Ahuntsic College, a BA in visual arts of UQAM and an ACS in 3D special effects of NAD-UQAC.

 

 

 

Gallery 2

Véronique Boissono

 

This one of-a-kind self-taught artist is creating surprising and flawless art pieces from the chaos of her workshop, located on Plateau Mont-Royal.Her invented technique is the many years’ result of searches and happy accidents. Comparable to the assembly technique in mosaic, she is using found objects and unite them instinctively by creating surprising monochromatic compositions. Playful sculptures, lamps, mobiles and night lights make of each collection a work in itself. The bright, funny and sometimes violent contrast of the choosen themes reflects her two obsessions: Beauty and Human distress. Her next exhibition will present a whole new collection, fresher and softer, evoking a feminine charm.

 

Véronique Boissono is born in Montreal in 1979. Having obtained her diploma in dramatic arts in 1998, she works for 2 years (1998-2000) as a guide at the Stewart Museum. Later, she joins the team of the Montreal Museum of the Fine arts, first at the department of the communications and finally at the Foundation of the Museum (2003-2010) where she participated in an exhibition dedicated to the talent of the employees. Entitled « Un monde à l’envers », this first exhibition started her career while highlighting the talent of her colleagues. Her first solo show was held in 2011 at the Galerie Crystal Racine, following by a collective show during winter 2012 in the same gallery. Afterwords, she had a duo show at the Galerie Espace Contemporain in Québec. Boissono also offered some workshops en (2013-2014)

 


 

Gallery 3

Geneviève Sideleau

 

Still Image

Dedicated to explore the body and social context through an interdisciplinary practice, Geneviève Sideleau frequently uses a repetitive and labour-intensive approach that investigates body/object relationships. Her obsessively recurring patterns, objects and gestures in her work are found to be hypnotic, soothing and at times disconcerting. Her practice is concerned with communicating a vision of the human condition and illustrating a duality, one that is reconstructed yet familiar, which investigates a collective memory of the quotidian.

 

Geneviève Sideleau lives and works in Montreal, where she earned her MFA from Concordia University. She has exhibited in Montreal, Ottawa, Northwest Territories, Boston, South Korea, and Serbia with an interdisciplinary practice involving painting, drawing, printmaking, and installation. She frequently uses found objects in a repetitive and labour-intensive approach that investigates body/object relationships. Her recent work has been influenced by stories and headlines of people in distress and with mental health issues. Sideleau teaches painting and drawing at The Griffintown Art Centre in Montreal and for McGill University Mini Courses. She also volunteers and gives creative classes with West Island Citizen Advocacy (WICA), a non-profit organization that connects volunteers and the intellectually or physically challenged, seniors, and those with mental health problems.

 

 


 

25  novembre au 19 décembre 2015
Vernissage: samedi 28  novembre, de 14h à 17h
(Cliquer sur les images pour les agrandir)
Galerie 1

Benoît Robert

 

Plis de matière

Au moyen de l’art génératif, l’exposition Plis de matière de Benoît Robert propose une réflexion sur la modulation des formes dans l’espace et dans le temps.

Ses simulations informatiques, développées avec le langage de programmation nodale ICE (Autodesk Softimage), donnent lieu à des images fixes, des vidéos et des installations interactives originales. Grâce à un processus de création génératif, un réseau de forces lie des particules 3D entre elles. Ces vecteurs modulent la forme et la couleur de l’ensemble dans une perpétuelle quête d’équilibre, jamais atteint.

Les recherches de l’artiste sont alimentées, entre autres, par le concept de « pli » spatio-temporel (Deleuze, 1988) et par celui de « mouler – moduler » (Simondon, 1964). De même, la théorie de la Gestalt (Ehrenfels, 1890) et les algorithmes d’apprentissage-machine profond (LeCun, 1989) enrichissent les explorations de l’artiste.

Grâce à une relation de cocréation artiste-machine en art génératif, la recherche-création de Benoît Robert entre en résonance avec une articulation spatio-temporelle qui module de l’intérieur la formation même de sa démarche artistique.

L’exposition Plis de matière propose d’interagir avec un système génératif pour coconstruire une organisation de particules. Une caméra web suspendue au plafond capte la couleur et la position des participants. Ces images sont ensuite converties en vecteurs de force par l’ordinateur. Chaque couleur étant associée à une direction, la caméra devient, pour les participants, une manière d’échanger avec l’ordinateur, permettant de générer des formes en perpétuel mouvement.

 

Né et travaillant à Montréal, Benoît Robert conçoit des outils informatiques dédiés à la réalisation d’effets spéciaux pour l’industrie du cinéma et des jeux vidéo chez Digital Dimension. Il enseigne également la simulation d’effets spéciaux 3D au NAD-UQAC et à la Tianjin University of Technology. Au cours des quinze dernières années, il a participé à plusieurs expositions individuelles et collectives; il est représenté par la Galerie Luz. Il est récipiendaire de nombreux prix et bourses pour son travail de recherche, tels que le CRSH et la Fondation de soutien aux arts de Laval. L’exposition en cours clôt une recherche de maîtrise en arts visuels et médiatiques à l’UQAM. Benoît Robert détient également un DEC en infographie du Collège Ahuntsic, un BAC en arts visuels de l’UQAM et un AEC en effets spéciaux 3D du NAD-UQAC.

 

 

 

 

 

Galerie 2

Véronique Boissono

 

Cette artiste autodidacte inclassable, établie sur le Plateau Mont-Royal, créé du chaos de son atelier des œuvres surprenantes, au fini impeccable. Sa technique inventée est le résultat de plusieurs années de recherches et d’accidents heureux. Comparable à la technique d’assemblage utilisée en mosaïque, elle récupère des matériaux divers et les unis instinctivement en créant de surprenantes compositions monochromes. Haut-reliefs, sculptures, lampes, mobiles et veilleuses font de chacune de ses collections une œuvre en soi. Le contraste lumineux, humoristique et parfois violent des thèmes exploités sont la transposition de deux de ses grandes obsessions: La beauté et la détresse humaine. Sa prochaine exposition présentera une nouvelle collection, toute en douceur, aux couleurs fraîches et évoquant un charme féminin.

 

Véronique Boissono est née à Montréal en 1979. Après avoir obtenu son Diplôme d’Études Collégiales en arts dramatiques en 1998, elle travaille pendant 2 ans (1998-2000) en tant que guide-animatrice, au Musée Stewart au Fort de l’île Ste-Hélène. Plus tard, elle joint l’équipe du Musée des Beaux-Arts de Montréal, d’abord au sein du département des communications et finalement à la Fondation du Musée, (2003-2010). Elle y expose alors pour la première fois, en 2006, dans le cadre d’une exposition dédiée aux employés. Intitulée « Un monde à l’evers », cette première exposition donna le coup d’envoi à sa carrière tout en mettant en lumière le talent de ses collègues du Musée. Sa première exposition solo, Obsession-Dentelle, est présentée en 2011 à la Galerie Crystal Racine et y participe aussi en 2012 à une exposition collective thématique sur L’Hiver. La Galerie Espace contemporain à Québec, accueille ensuite ses oeuvres en 2013 en binôme avec une artiste de la région. Quelques ateliers donnés en milieu scolaire, en 2013 et 2014.

 

 

 

 

Galerie 3

Geneviève Sideleau

 

Still Image

Par son travail intermédia, Geneviève Sideleau contribue à l’illustration de la dualité et de la familiarité par des espaces reconstitués et communique par ses installations et ses œuvres fondées sur l’objet une vision de la condition humaine. Son travail de création est une démarche répétitive et laborieuse, où elle explore le rapport entre le corps et l’objet par la mémoire du quotidien. L’excès, l’anthropomorphisme et les comportements obsessifs la fascine et ses œuvres soulèvent fréquemment des questions d’identité, de mémoire et de la notion du foyer. Alors qu’elle présente des territoires domestiques et le corps humain comme des contenants, de façon métaphorique et littérale, ces « vaisseaux » dévoilent la condition des espaces intérieurs et la notion de la condition humaine.

 

Geneviève Sideleau habite et vit à Montréal. Elle détient une maîtrise en Beaux-Arts de l’Université Concordia. Elle a exposé à Montréal, à Ottawa, dans les Territoires du Nord-Ouest, à Boston, en Corée du Sud et en Serbie. Sa pratique interdisciplinaire comprend la peinture, le dessin, la gravure et l’installation. Elle utilise fréquemment des objets trouvés pour les intégrer dans un processus de réitération qui exige une somme considérable de travail et explore les relations corps/objet. Ses travaux récents sont influencés par les drames vécus par des personnes en détresse aux prises avec la maladie mentale. Sideleau enseigne la peinture et le dessin au Centre des arts de Montréal, dans Griffintown, et au programme Mini Courses de l’Université McGill. Elle fait également du bénévolat et donne des ateliers de création à la West Island Citizen Advocacy (WICA), un organisme à but non lucratif qui regroupe des bénévoles, des personnes atteintes physiquement ou intellectuellement, des personnes âgées et d’autres souffrant de problèmes de santé mentale.