September 2015septembre 2015


 

 September 2- 26, 2015
Opening: Saturday September 5, from 2 to 5 pm
(Clic on images to enlarge)
Gallery 1

Katharine Asals

 

Beneath

This series of underwater photos, is part of a large body of work I’ve been developing relating to the elements – water, air, earth, fire.

The process of swimming and photographing feels like two contradictory impulses – swimming is an immersion, a sense of loss of boundaries; while photography seeks to capture and hold and contain within a frame.

These photos, taken in Georgian Bay, were influenced by my mother – an academic and avid scuba diver – and a paper she wrote, “The Voices of Silence and the Underwater Experience”.

As I swam and moved between the experience of the water, and the process of trying to capture the experience, I thought about the ideas my mother had written: “After positing that water has a body, a soul, and a voice, Gaston Bachelard argues in Water and Dreams, ‘Possibly more than any other element, water is the complete poetic reality’…”

“…the action of going down is the gesture of knowing: the deep holds within it the secret of all that is unknown, the metaphorically profound, and the mystery of all that is “under” – including psychology’s unconscious and the mythic underworld

 

Katharine Asals is an avid swimmer and self-taught photographer.
A graduate of Concordia University’s Fine Art program, she has had a long career in film and television as an editor, and has recently begun publicly showing her photography, collage, and drawing and painting: BMFA – Blue Mountain Federation for the Arts ( Collingwood ) 2013, Riverdale Art Walk, Toronto 2015, Artisans at Work, Toronto 2015.

 

 

 

Felix Bernier

 

For Felix Bernier, photography is a way of documenting quests. Every quest has its unique purpose which is found only upon its completion. His minimalist approach to photography is reflective of the stripping away of useless information not only in his photographs but also in his life.

At first glance, Felix’s meticulous use of negative space may generate a sense of isolation. However, despite the raw nature of his photographs, one can also recognize feelings of peace and fulfillment.

 

Félix Bernier is a Montreal-based self-taught photographer who has been practicing photography for over 10 years. In recent years, he has begun to showcase his work in various exhibitions at galleries such as Galerie AUX VUES, Galerie du Plateau and Galerie 2456. For the past four years, Felix has also been part of an independent photography club where he is a member of the management board and is responsible for the organization of activities and events.

 

 

Ariane de Palacio

 

Chosen from the NATURE|CULTURE project, these three photographs each explore a subtle, particular aspect of the relationship between our societies and natural elements. Like elementary particules, the uncountable Nature-Culture micro-interactions produce man-altered landscapes the way grains of sand make a beach.

This body of work aims at reproducing this accumulative process with a collection of simple facts, observations and details, trying to look at the landscape through its most basic components.

 

Ariane de Palacio is a Geographer and a Photographer. Her work focuses on political, social and cultural territory-making processes and spatial identities. She collaborated with architects and urban designers for the Raboutage project which was featured in 2013 during the ABC:MTL exhibition at the Canadian Center for Architecture in Montréal. She also participated to several group shows at the Galerie Les Territoires, Galerie du Plateau and Galerie du Viaduc.

 

 

Pierre Tousignant

 

Beauty of dissolution

Along the paths we take there are, spread out before us, along with those prospects to which we have become accustomed, landscapes situated part way between reality and dream. It can happen that they come to light for us thanks to our cameras, instruments that greatly enhance our visual capacities, and those of our consciousness as well. Merged worlds then appear, whose each element, each detail, only endure in a fragmentary state, offering to our astonished view singular tones, improbable entanglements, dynamic and powerful forms at the heart of stasis.

We know that one of art’s unreasonable undertakings — the quest for pure beauty through an exploration of its multiple manifestations — presumes for the artist the vivid and perennial idea of death. We would like to believe that in the images here presented, one will find an illustration of just that: beauty in the realm of dissolution. That realm which, in the end, wraps us round and consumes us.

 

Over the past twelve years, Pierre Tousignant is dedicated to fine art photography and digital printmaking. He has participated in several group exhibitions: Galerie d’art d’Outremont, Galerie Luz, Galerie Le Plateau. He has also had solo exhibitions: Galerie Kaf Art (2009) et Galerie Luz ( from 2010 to 2014 ). September 2015, he will also be part of a group exhibition at gallery La Castiglione in Montreal. Some of his images are permanently visible in the Nordelec building, in Montreal.

 

Benoit Robert

 

Empty space

Benoit Robert explores the organization and transformations of forms over time. His research is based on the concept of spatiotemporal fold and the non-deterministic deep learning algorithms dedicated to form recognition. By the practice of nodal programming for synthesized images, artist’s computer simulations give rise to still images, videos and amazing installations.

Based on the theme of the exhibition as a starting point, the artist has chosen to address the notion of « empty space » based on the orientation of its research problem. Through this proposal, the artist offers a striking view where paradoxically, the exhibition room, this empty space, immaculate and unchanging belonging to the mind’s world, is transformed by a series of forces peculiar to the material world.

 

Born in Montreal, Benoit Robert works and teaches in the field of special effects for cinema. Since the past fifteen years, he has participated in numerous solo and group exhibitions, and has received various awards and grants for his research work. He is currently completing a Master’s degree in Visual and Media Arts of UQAM and he holds a BA in visual arts from UQAM, a degree in 3D special effects of NAD-UQAC and a diploma in graphic design from the Ahuntsic College.

Gallery 2

Daniel Lalonde

 

Territoires Imaginaires

In the recent years, landscape has been the artist’s prevailing source of inspiration. In 2012, he undertakes a series of paintings (Le Sud) inspired by Sardinia’s landscapes. In a related theme, the new series of paintings entitled Territoires imaginaires (Imaginary Territories) unveils imaginary and unreal landscape segments unrelated to any real geographical site whatsoever. At first glance, the landscape reference is obvious, but the canvas’ overall composition is often confusing and suggests unrealistic forms. Actually, the distorted or decomposed pictorial structures question the very existence of these sites. The horizon’s delineations are omnipresent in the majority of the artworks and, despite their limitations in the framework of the canvas; they seem to be extending farther than the frame.

Furthermore, Territoires imaginaires is introspection in the universe of human nature; the horizon is a lifeline and the surrounding movements suggest the inner motions that are peculiar to each human being.

The eight paintings presented at GALERIE LUZ were selected from this new series.

 

Daniel Lalonde lives and works in Montreal (Quebec). He has a masters’ degree in Sociology and a certificate in Fine Arts from UQAM. He also attended courses in jewellery techniques at the Saydie Bronfman Center and painting workshops with Seymour Segal and Collagraphy at l’Atelier Circulaire. For the last fifteen years, he has been practicing and exploring in Visual Arts. Up to now, he exposed in solo or collective exhibitions, notably at the Centre culturel Gérard-Dallaire, at the Mont-Saint-Hilaire Museum of Fine Arts, at the Galerie Maison DuPont, at the Galerie Circulaire and the Galerie Espace. He also participated to the Expo-Encan “Parle-moi d’amour 2014” at Centre Wellington (Les impatients).

 

Gallery 3

Louise Elie

 

Fréquenter la mer

From click to printout, using all the technical possibilities that the virtual darkroom provides, Louise Elie lets herself be guided by light, transparency, textures and movement; by the swiftness of time passing, the evocation of memories and their disappearance, the beauty and the fragility of life.

The sea is part of her life. Through a regular pattern of separations and reunions, through thousands of hours spent in its company since her childhood, she has developed a close relationship, an intimate bond with the sea.

Drawing on that bond, Louise Elie has created a series of images that stretch this dimension of intimacy to the point of abstraction, reducing the sea to line and colour.

In another series, captured at night under a full moon and a cloudy sky, the photographer transforms the sea into expressionist images. Infused with power, density and mystery, these pieces evoke the paradoxical permanence of the sea’s infinite and ever-changing motion and its poetic resonance.

 

Louise Elie was born in Montreal, Quebec, where she is currently living and working. She studied engraving and photography and received a degree in Fine Arts from UQAM. For several years she worked at Graff Studio and taught fine arts. Pursuing her interest in theatre, she acted in plays in Montreal and Toronto and took part in collective creations. This experience led her to writing and psychoanalysis, and she earned a master’s degree in psychology from UQAM. She currently practise as a therapist. Having been introduced to photography at a young age, she came back to it later, and it has been her preferred means of expression since 2002. She had her first solo exhibition at Galerie Luz June 2015 and she is  participating in a group exhibition this September 2015.

 

2 au 26 septembre 2015
Vernissage: samedi 5 septembre, de 14h à 17h
(Cliquer sur les images pour les agrandir)
Galerie 1

Katharine Asals

 

Submersion

Cette série de photos sous-marines fait partie d’une exploration plus vaste que je mène, à propos des éléments: l’eau, l’air, la terre, le feu.

Cette démarche de nager et de photographier à la fois réunit deux actions que je ressens comme contradictoires – nager c’est comme une immersion, un sentiment de perte de limites; alors que photographier c’est capturer et retenir et renfermer dans un seul cadre.

Ces photos, prises dans la Baie géorgienne, reflètent l’influence de ma mère – universitaire et passionnée de plongée sous-marine – et d’un essai qu’elle a rédigé, « Les voix du silence et l’expérience de la plongée ».

Alors que je nageais et que je gravitais entre l’expérience de l’eau et la démarche d’essayer de saisir cette expérience, j’évoquais les idées que ma mère avait écrites: « Après avoir postulé que l’eau a un corps, une âme, et une voix, Gaston Bachelard avance, dans « L’eau et les rêves », que: « Il se peut que, plus que tout autre élément, l’eau soit une réalité poétique à part entière ».

 » … l’action de plonger c’est comme le geste de connaître: les profondeurs renferment le secret de tout ce qui est inconnu, le fond métaphorique, et le mystère de tout ce qui se trouve ‘en-dessous’ – y compris l’inconscient du psyché et le monde souterrain mythique… »

 

Katharine Asals est passionnée de natation et photographe autodidacte. Diplômée de la Faculté des Beaux-Arts de l’Université Concordia, elle a une longue carrière comme monteuse en cinéma et en télévision; ses oeuvres photographiques, ses collages, dessins et peintures sont maintenant exposés publiquement: BMFA – Blue Mountain Federation for the Arts ( Collingwood ) 2013, Riverdale Art Walk, Toronto 2015, Artisans at Work, Toronto 2015

 

 

 

Felix Bernier

 

Pour Félix Bernier, la photographie est un moyen de documenter une quête. Contrairement à l’errance, la quête a un but précis, un objectif à atteindre pour pouvoir la considérer complétée. La quête de Félix avait pour but de ralentir et faire le vide. De la même façon, les photos sont prise de façon contemplative et les sujets sont exploités pour mettre en évidence le vide recherché à l’intérieur de ces images.

Avec ses terrains rugueux et ses endroits pratiquement déserts, les photos de cette série expriment bien le sentiment ressenti: Un peu de solitude, mais surtout une direction et un but. Malgré le caractère aride des photos, elles représentent la paix et l’accomplissement.

 

Félix Bernier est un photographe autodidacte montréalais qui pratique la photographie depuis plus de 10 ans. Dans les dernières années, il a commencé a présenter son travail et a préparé plusieurs expositions de groupes et une exposition solo dans des galeries telles que la Galerie AUX VUES, la Galerie du Plateau et la Galerie 2456. De plus, Félix fait parti d’un club de photographie depuis 4 ans et fait partie du conseil d’administration depuis deux ans, où il s’occupe de la préparation d’activités et des expositions du club.

 

 

Ariane de Palacio

 

Extraites du projet NATURE|CULTURE, ces trois photographies explorent chacune un aspect particulier, subtil, de la relation entre notre société et les éléments naturels. Comme autant de particules élémentaires, ces innombrables micro-interactions entre Nature et Culture produisent les paysages anthropisés de la même manière que les grains de sables forment une plage.

Ce travail reproduit ce même processus accumulatif à l’aide d’une collection d’objets simples, factuels, d’observations et de détails et tente d’examiner le paysage à travers ses composantes les plus élémentaires.

 

Ariane de Palacio est géographe et photographe. Son travail porte sur les processus politiques, sociaux et culturels qui forment les dynamiques territoriales et les identités spatiales. Elle a notamment collaboré avec plusieurs architectes et designers urbains pour le projet Raboutage, présenté au Centre Canadien d’Architecture lors de l’exposition ABC:MTL en 2013. Elle a en outre participé à plusieurs expositions collectives à la galerie Les Territoires, la Galerie du Plateau et la galerie du Viaduc à Montréal.

 

Pierre Tousignant

 

Beauté de la dissolution

Le long des chemins que nous empruntons se déploient, entremêlés à nos perceptions coutumières, des paysages qui se situent à mi-chemin entre la réalité et le rêve. Il arrive que nous les apercevions grâce à nos caméras, ces instruments qui démultiplient les capacités de notre vision, de notre conscience. Des mondes fusionnés surgissent alors, dont chaque élément, chaque détail, ne subsiste plus qu’à l’état de traces. S’offrent à notre regard étonné des teintes inédites, des entrelacements improbables, des formes puissantes et dynamiques au sein de l’immobilité.

Nous savons qu’un des projets déraisonnables de l’art — celui de la quête d’une beauté pure à travers ses multiples manifestations — suppose chez les artistes la présence vive et pérenne de l’idée de la mort. Nous aimerions voir dans les images ici présentées une illustration de ceci: la beauté du pays de la dissolution. Celui qui, à la fin, nous enveloppe et nous consume.

 

Au cours des douze dernières années, Pierre Tousignant s’est consacré à la photographie d’art et à l’estampe numérique. Il a participé à plusieurs expositions de groupe : Galerie d’art d’Outremont, Galerie Luz, Galerie du Plateau. Il a aussi exposé en solo à la Galeries Kaf Art (2009) et à la Galerie Luz (2010 – 2014). En septembre 2015, il expose également à la Galerie La Castiglione, à Montréal. Certaines de ses oeuvres sont visibles en permanence dans le hall d’entrée de l’édifice Nordelec, dans la métropole.

 

 

Benoit Robert

 

Espace vide

Benoit Robert explore l’organisation des formes et leur transformation dans le temps. Ses recherches s’appuient sur la notion du pli spatio-temporel et sur l’approche non déterministe des algorithmes d’apprentissage profond dédiés à la reconnaissance des formes. Par une pratique de la programmation nodale en imagerie de synthèse, les simulations informatiques de l’artiste donnent lieu à des images fixes, des vidéos et des installations étonnantes.

Partant du thème de l’exposition comme point de départ, l’artiste a choisi d’aborder la notion des « espaces vides » en fonction de l’orientation de sa problématique de recherche. À travers cette proposition, l’artiste présente une vision étonnante où, paradoxalement, la salle d’exposition, cet un espace vide, immaculé et immuable appartenant au monde de l’esprit, se trouve transformé par une série de forces propres au monde matériel.

 

Né à Montréal, Benoit Robert travaille et enseigne dans le domaine des effets spéciaux pour le cinéma. Depuis les quinze dernières années, il a participé à de nombreuses expositions individuelles et collectives, et est récipiendaire de plusieurs prix et bourses pour son travail de recherche. Il termine actuellement une maîtrise en Arts visuels et médiatiques à l’UQAM et détient un BAC en arts visuels de l’UQAM, un diplôme en effets spéciaux 3D du NAD-UQAC et un DEC en infographie du Collège Ahuntsic.

 

 

 

Galerie 2

Daniel Lalonde

 

Territoires Imaginaires

Depuis quelques années, le paysage est la principale source d’inspiration de l’artiste. En 2012, il entreprend une série de peintures (Le sud) inspirées des paysages de la Sardaigne. Issue de la même thématique, cette nouvelle série de peintures intitulée Territoires imaginaires présente des parcelles de paysages imaginaires et irréalistes qui ne font référence à aucun lieu géographique particulier. Au premier coup d’œil, la référence au paysage est évidente, mais dans son ensemble la composition de la toile est souvent déroutante et suggère un aspect purement irréaliste. La déformation ou la décomposition des structures picturales posent une réflexion sur l’existence même de ces lieux. Des lignes d’horizon sont omniprésentes dans la majorité des œuvres et, malgré leur découpage dans les limites du cadre de la toile, elles semblent vouloir se poursuivre à l’extérieur de celui-ci.

Territoires imaginaires est aussi une introspection dans l’univers de la nature humaine, l’horizon est une ligne de vie et les mouvements qui l’entourent suggèrent les mouvances intérieures propres à chaque être humain.

Les huit peintures sélectionnées pour la GALERIE LUZ sont tirées de cette nouvelle série.

 

Daniel Lalonde vit et travaille à Montréal (Québec). Détenteur d’une maîtrise en sociologie et d’un certificat en arts visuels à l’UQAM, il a suivi des cours en techniques de joaillerie au Centre Saydie Bronfman, des ateliers de peinture avec Seymour Segal et des ateliers de collagraphie à l’Atelier Circulaire. Il explore les arts visuels depuis une quinzaine d’années. À ce jour, il a participé à une vingtaine d’expositions solo ou collectives, entre autres, au  Centre culturel Gérard-Dalaire, au Musée des beaux-arts du Mont-Saint-Hilaire, à la Galerie Maison DuPont, à la Galerie Circulaire et à la Galerie Espace. Il a également participé à l’Expo-Encan Parle-moi d’amour 2014 au Centre Wellington (Les impatients).

 

 

Galerie 3

Louise Elie

 

Fréquenter la mer

Du déclic à l’impression sur papier, en passant par le travail de l’image à partir de la chambre noire virtuelle qu’offre les techniques actuelles, Louise Elie se laisse guider par la lumière, la transparence, les textures, le mouvement, le glissement et la fuite du temps, l’évocation de souvenirs et leur disparition, la beauté et la fragilité du vivant.

La présence de la mer fait partie de sa vie. Dans un mouvement régulier de séparations et de retours à elle, à travers les milliers d’heures passées à ses côtés depuis son enfance, s’est développée une relation très proche, un lien intime.

Louise Elie nous propose donc une série d’images qui illustre cette dimension d’intimité, jusqu’à l’abstraction où la mer n’est plus que lignes et couleurs.

Dans une autre séquence, la photographe fait apparaître des tableaux expressionnistes de la mer créés une nuit de pleine lune sous un ciel nuageux. La puissance, la densité, le mystère imprègnent ces images ainsi que sa paradoxale permanence d’un mouvement infini dans ses variations toujours différentes et ses résonnances poétiques.

 

L’artiste est née à Montréal, Québec, où elle habite et travaille présentement. Elle a fait des études universitaires en gravure et photographie et a obtenu son baccalauréat en Arts Plastiques à l’UQAM. Elle a travaillé à l’Atelier Graff pendant quelques années tout en enseignant les arts plastiques. Elle s’intéresse également au théâtre en tant que comédienne et participe à des créations collectives tout en jouant dans des productions à Montréal et à Toronto. Cette expérience théâtrale l’amène à l’écriture et à la psychanalyse. Elle fait sa maîtrise en psychologie à l’UQAM et pratique comme clinicienne tout en continuant d’écrire. Ayant été initiée jeune aux processus de la chambre noire, elle revient à la photographie qui devient, depuis 2002, son moyen d’expression privilégié. Elle a présenté sa première exposition solo à la Galerie Luz en juin 2015 et participe maintenant à cette exposition de groupe en ce mois de septembre 2015.