Uncategorized


juin 2019 copy

 

5 -22 juin 2019

Vernissage: samedi 8 juin, 14h-17

Galerie 1

Lise Leroux

Paysages introspectifs

Née en milieu agricole la terre est pour elle une source inépuisable d’inspiration. La nature et l’humain influencent ses thèmes des dernières années. Sensible à ce qui se passe dans l`actualité ses tableaux présentent des scènes vibrantes faisant état d’une humanité souffrante.

Son travail récent s’inspire de l’actualité. Elle explore des formes hybrides de la figuration et de l’abstraction. Elle utilise une palette de couleurs de terre, des nuances sombres, apocalyptiques. Monotype, techniques mixtes, acrylique, dessin au fusain, sont ses médiums de prédilection. Elle propose un travail intuitif où formes organiques, traces et empreintes d’objets usinés ou vues urbaines aériennes composent une topographie surréaliste, voire cauchemardesque, un monde imaginaire en ruine.

Ses tableaux témoignent de la souffrance de l’humanité. Ils soulignent l’importance de sensibiliser les gens à la mort lente de notre civilisation (pertes d’écosystèmes, changements climatiques, menace nucléaire, capitalisme sauvage, racisme, exploitation, hégémonie technologique). Elle rend compte à sa façon du désespoir de l’humain derrière la création.

Paradoxalement, l’Intériorité et le contact avec la nature, entretenus depuis l’enfance, conservent une place fondamentale.

Ce travail introspectif l’amène à poser des gestes tantôt aléatoires et intuitifs, tantôt plus réfléchis. Elle ne cherche pas à reproduire la nature mais plutôt à traduire l’expérience sensorielle qui habite son esprit.

Lise Leroux vit et travaille à Mcmasterville en Montérégie. Elle a obtenu un baccalauréat en arts plastiques volet création à l’université du Québec à Montréal en 1996. En 2010 elle a perfectionné sa formation en art imprimé (monotype et collagraphie) à l’atelier Circulaire et à l’atelier galerie Alain Piroir à Montréal. Elle a participé à plusieurs expositions collectives, en 2011 Atelier Circulaire (Montréal), en 2018 Musée des beaux-arts de St-Hillaire, 2019 Galerie Arts Sutton, Musée du fier monde, Galerie Luz et Galerie Marc Gosselin.

  

Galerie 2

Marcel Huguet

Amer Rust, Jibé Laurin

Theo Golb

Marcel Huguet

 L’urbanité re-visitée

Ces oeuvres lithographiques font partie d’une grande suite symbolique élaborée depuis deux ans à partir de photos de rues originales où l’artiste cherche à évoquer divers aspects de la vie dans la cité d’aujourd’hui.

Marcel Huguet est un artiste autodidacte multidisciplinaire. Membre de l’Atelier circulaire (création en art imprimé) à Montréal, il expose régulièrement à la Galerie de l’Atelier circulaire à Montréal et à l’Open Studio de Toronto. Autres expositions récentes à Montréal, Québec, Ville-Marie (Témiscamingue), Toronto, Vancouver et Sofia (Bulgarie).

     

 Amer Rust  

Amer présente des peintures oxydées sur acier faites à l’aide de pochoirs de dentelles. Comme le processus de rouille qu’il utilise, l’aspect de vieille tapisserie qui en résulte évoque la détérioration et la transformation de la matière suite au passage du temps.

Amer est né à Montréal, Québec, où il demeure et travaille. Il est diplômé en arts graphiques au Cégep Ahuntsic et a complété un baccalauréat en commerce à l’Université McGill. Il a oeuvré dans le domaine de l’imprimerie et de la transformation des métaux durant plus de 20 ans. Expositions solo : Galerie Luz, Montréal, Canada « Armistice » 2019 & « Stripes » 2018. Exposition collective permanente : Galerie Artêria, Bromont, Canada, depuis 2018. Foires d’art : Art Market San Francisco, USA (2019), Affordable Art Fair New York, USA (2019), Sofa Chicago, USA (2018).

 

Jibé Laurin

Jibé Laurin travaille et demeure à Montréal. Elle est diplômée en Design Graphique du Cégep Ahuntsic et a complété un baccalauréat en Beaux Arts avec majeure en Design Art à l’Université Concordia. Exposition solo : Galerie Luz, Montréal (2018), Exposition collective : Maison de la Culture Frontenac, Montréal (1994).

Jibé Laurin présente une oeuvre en bas relief créée à partir de carrosseries de voiture et d’acier recyclés. Sa passion pour les patines et son intérêt pour l’environnement l’ont amenée à travailler cette matière singulière et riche en couleurs. « Steel Life 1 » ou « La mosaïque de la ferrailleuse » est la première d’une série d’oeuvres faites d’acier et inspirée de la nature.

 

Theo Golb 

Pendant les premières années, il a été fortement influencé par le cubisme et le suprématisme. Son style connaît une très longue et très complexe évolution et prend sa forme actuelle vers 2009 après un court séjour au Maroc, le pays qu’il appelle  »terre promise où les couleurs s’extasient dans la luminosité divine ». Alors, il abandonne l’huile et opte pour l’acrylique, le collage et crée sa propre technique mixte.

Théo Golb est né en Chine de parents ukrainiens. Il partage la première partie de sa vie entre l’Allemagne, l’Ukraine et la Lituanie. En 1992, il s’installe définitivement à Montréal. Gradué de l’Université linguistique de Minsk, Biélorussie. Diplômé du Studio-théâtre. 1988 – 1990 il crée des fresques et une grande série de vitraux pour la Collège 53 de Vilnius, Lituanie. En 1994, il participe à l’exposition collective à la galerie Entrecadre, Montréal. Depuis 2016, ses oeuvres sont exposés en permanence à la galerie Richelieu. Montréal.

 

Galerie 3

Lauren Bibeau

Montréal qui a étudié les Beaux Arts à l’ Université Concordia ainsi qu’au CÉGEP Dawson.

Lauren a participé a plusieurs expositions, les plus récentes était une expo de groupe collectif et une expo solo a la galerie Luz.Elle a également exposé à L’Espace Contemporain. Cette dernière était une exposition au sujet d’oeuvres monochrome. Elle a eu l’honneur de participé à faire une installation au Museo Civico d’Arte Contemporanea, Casacalenda, Italy.

 Elle a travaillé avec plusieurs groupes charitables, incluent le don des oeuvres au Brewery Mission à Montréal et aux encans comme cela du Alzheimer’s Group Inc. Elle était 1er finaliste dans un competition d’art au Musée de Beaux Art à Montréal en 2005.